Découvrez les Habous

habous2

Les Habous

Le quartier des Habous a été bâti pour éloigner les musulmans des quartiers européens :

Les colons ressentaient l’incursion nocturne des sans domicile fixe à la frontière de leur territoire. En effet, en 1915, Casablanca s’est convertit en cité industrielle. Ce qui attira les miséreux qui partent vers les grandes villes en quête de jours meilleurs. Se qui posait problème, car souvent ils ne trouvaient pas où loger. Les colons redoutaient que les miséreux n’envahissent leur quartier.

Pour éviter des frictions prévisibles entre musulmans et chrétiens, le général Lyautey veut satisfaire les désirs des colons en prenant des mesures. Sauf que les fonds lui font défaut. Un certain Haïm Ben Daban décide charitablement de faire don de terrains situé sur la route de Médiouna. Son don sera rejeté car il émanait d’un juif. Le sultan intervient et persuade les théologiens d’accepter le don. Voilà comment une parcelle de 4 hectares est tombée dans l’escarcelle de l’administration des Habous.

C’est à l’architecte Albert Laprade qu’impartit la tâche de dessiner cette « agglomération indigène » dédiée aux musulmans à revenus modestes. Cette « agglomération indigène »fut construite entre la route de Médiouna, le palais et la voie de chemin de fer.

Elle a été pensé sous l’aspect d’une médina avec des boutiques, des grandes mosquées, des bains maures et des bazars. Avec sa structures labyrinthique, ses rues étroites et sinueuses, sa mosquée autour de laquelle s’organise les activités commerciales, son hammam et ses maisons.

« La nouvelle ville arabe » sauvegarde les traditions et coutumes indigènes. Les rues sont étroites et les maisons entièrement tournées vers l’intérieur ouvrent sur le « patio » familial.

Investi par les bazaristes :

Il aura fallu 10 ans de travaux pour terminer cette « ville indigène ». Dès son éclosion, le quartier des Habous, avec ses 150 boutiques, attire les négociants aisés,ceux de Fés particulièrement, qui, non seulement y élisent commerce, mais se fixent dans ces demeures.

Vu d’ensemble :

Avec ses marchés traditionnels, son atmosphère détendue et son architecture française et marocaine, le quartier Habous est l’un des plus beaux coins de Casablanca. Il propose des cafés accueillants et des petites boutiques de produits marocains, avec des sites incontournables tels que le Palais Royal à proximité.

 

La patisserie incontournable des Habous :

Comment ne pas venir aux Habous sans passer par la pâtisserie Bennis.

Cette pâtisserie est une véritable institution. Briouates, cornes de gazelles ou autre spécialité à base d’amande, de coco ou de cacahuète. Il vous est proposé des gâteaux de très haute qualité. Vous y trouverez également sur commande de succulentes pastilla au pigeon.

Vous l’aurez compris, la pâtisserie Bennis est un endroit incontournable s vous visitez Casablanca. Bennis spécialisé dans les gâteaux marocains, de véritables délices. Mon coup de Coeur …

C’est un voyage dans le temps dans une véritable havre de paix et de sérénité, au milieu de ruelles avec un style andalou.